Premier Cercle Index du Forum Premier Cercle
Bienvenue à la ville basse de Shattrath.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le brouillard dans les landes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Premier Cercle Index du Forum -> Ville Basse -> Taverne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jazh
neutre

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2010
Messages: 25

MessagePosté le: Sam 5 Juin - 02:15 (2010)    Sujet du message: Le brouillard dans les landes Répondre en citant

Jazh s'assis sur une chaise, souriant du coin de la bouche. Une derniere bouffée et sa cloppe alla rejoindre ces prédécesseuses, dans une flmeche icandéçante teinté de vert tant sa nature était fielleuse. Apres s'etre raclé la gorge, et avoir libéré son front de ses mèches rebelles, il se tourna versceux qui l'écouait attendant un recit digne d'éloge de la part d'un sorcier de son envergure. Penant la parole, il dit simplement comme si tout avait été prévu à l'avance:

"Ce soir je ne vous compterai pas ma vie, et non. Pour deux raisons, la premiere est que je prefere vous laisser la découvrir tout seul, et la seconde est qu'elle vous choquerai à vie, et que je n'ai nullement envie de travaller avec des gens aux geules blafardes dégoulinant de préjugés malsains."

Se raclant la gorge une nouelle fois il continua

" Ce que je vais vous conté est une bataille, que je n'ai pas vu personnellement mais qu'une personne m'a avoué sur son lit de mort, et cessez tout de suite ces regard d'abutits finis, je ne l'ai pas tué, il n'avais que moi, il est mort apres s'etre liberé de se lourd fardeau. Je raconterai ce récit à la premiere personne, alors pas de commentaires idiots."

Reprenant de plus belle, mais cette fois avec un ton sombre comme pour donner à son récit une ambiance mistique.

"Ni vent, ni souffle.

Le silence règne dans les landes de la toundra boréenne. Le froid accable mes hommes qui murmurent leur impatience. Nous sommes pourtant bien au bon endroit... Mes hommes me regardent, recherchant je-ne-sais-quoi: Courage ? Réconfort ? Ou bien, me reprochent-ils simplement ce manque d'action ?

"Général Alkane, Général Alkane !"
C'est Drif, mon lieutenant, il semble me montrer nerveusement quelque chose du doigts. Je tourne la tête suivant la direction qu'il m'indique. Qu'est-ce que... ? Quelque chose est apparue au loin! Une forme étrange... Elle semble jaillir de l'horizon. J'ai peine à distinguer : C'est comme un voile qui flotte dans l'air et danse sur la plaine, emportant la lumière, et ne laissant que la nuit. Cette obscurité avale tout comme si les ténèbres remplaçaient le jour. Est-ce nos ennemis? Il parait que personne n'a jamais pu les décrire, personne n'en aurait d'ailleurs jamais eu l'occasion. Pfff ! Fadaises ! Pour moi, ce ne sont que des racontars, je rapporterai la tête de nos ennemis et prouverai que ce sont, comme nous, des êtres de chair.

La masse sombre gagne les collines, et la crainte nos rangs. Mes hommes me fixent, je les rassure du regard. Ma détermination leur donnera du courage. L'obscurité approche encore, elle se déplace en silence, tourbillonnant au loin. Mes hommes se préparent. Ils me fixent. Cette fois, c'est bien la peur. Le temps entame sa marche contre nous.

Que se passe t'il ?
C'est Drif qui sonne l'alerte: des ombres semblent se détacher de la brume obscure et s'avancer vers nous. D'un geste, j'attrape mon glaive, et scrute la masse de ténèbres. Elle s'avance, elle s'avance, en silence... Lentement elle grossit, terriblement, elle s'impose. Qu'est ce que c'est ? Je n'arrive pas à détacher mes yeux de cette vision. Je la vois venir à nous, et je ne peux réagir. Que m'arrive t' il ?

Je sursaute. Un autre bruit de trompe a retenti. Les avants-postes: le corps de chevaliers, je l'avais oublié! Il a disparu dans les ténèbres, happé, englouti. Des tintements de métal et des cris de souffrance s'élèvent à travers toute la plaine. Il y a un bruit sec, puis un autre, encore un autre, une centaine d'autre, et enfin, le silence.

Le voile ténébreux s'est arrêté. Immobile, muet, une forteresse insondable... Rien ne semble venir, ni ennemi, ni l'ombre d'un ennemi. Le ciel s'assombrit tandis que la glace m'envahit. Pourquoi est-ce que je tremble ? Pourquoi ?!

Une odeur nauséabonde envahit la plaine, une menace invisible semble ramper peu à peu vers nous. Je sors ma lame du fourreau, je dois me battre ! Je dois charger avec mes hommes ! Il le faut... Il le faut...
mais...

"CHARGEZ !"
C'est bien ma voix... Mon cri a réveillé la plaine. J'entends le cri de mes hommes, le hennissement de nos chevaux, les sabots de mon cheval qui se rue vers les ténèbres... Je me vois foncer vers cette ennemi sans forme. Nos ennemis sont des lâches, ils se planquent dans cette masse obscure. Qu'ils se préparent !

Soudain, je ne vois plus rien. Je ne comprends plus: A peine ai-je pénétré le voile noir que... Mes hommes, où sont-ils? C'est comme si j'avais été isolé par ces ténèbres. Je ne comprend pas. Rien, je ne vois rien, ne sens rien, et ne trouve rien d'autre que des ténèbres glacés et sans fin. Il n'y a qu'un vide noir et froid et autour de moi. Et dans ce brouillard sombre, je cherche, ne sachant que chercher.

Je chevauche, mais j'avance dans le néant.
"Drif ! Drif !"
J'appelle de toutes mes forces. Il ne répond pas.
Je suis bien seul. Tout seul.

Maintenant une heure que j'avance dans ce foutu brouillard qui, heureusement, commence à se dissiper. Ma monture s'essouffle, je vais la laisser là et continuer à pieds.

Le brouillard disparait lentement, enfin je vais pouvoir voir: voir ce qu'il reste de mes hommes, voir s'ils se dissimulent attendant des instants plus propices pour passer à l'action, voir s'ils se préparent ou s'ils sont tous partis, voir si, confiants, ils attendent mon retour pour repartir encore au combat et fêter une nouvelle victoire.
Mes soldats... mais aussi mes frères d'armes. A notre prochaine victoire, nous lèveront nos verres et trinqueront à notre gloire!

Les ténèbres disparaissent lentement mais je fatigue et commence à perdre pied. Exténué, je trébuche et tombe à terre. Je me relève et m'aperçois alors que le sol est jonché d'obstacles. Le noir brouillard, encore présent, m'empêche de distinguer précisément de quoi il s'agit. J'entends un claquement de ferrailles, c'est le bruit sourd de nos lames. Je me précipite dans cette direction. Mon pied heurte quelque chose de rond, je suis projeté à terre. Tête contre sol, je vois des yeux, des yeux vides et globuleux, qui me scrutent sans cligner. Le brouillard se dissipe, un visage familier apparait peu à peu. C'est la tête de Drif ! C'est elle que je viens de heurter ! Un nouveau claquement de métal, je tourne la tête..."

Jazh ferme les yeux, puis allume une autre clope.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Juin - 02:15 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Premier Cercle Index du Forum -> Ville Basse -> Taverne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.