Premier Cercle Index du Forum Premier Cercle
Bienvenue à la ville basse de Shattrath.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Pensées encore plus philosophiques

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Premier Cercle Index du Forum -> Ville Basse -> Taverne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Swann
Bras-droit

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 68
Localisation: Là ou y a d'la feuillerêve.

MessagePosté le: Mer 21 Juil - 15:33 (2010)    Sujet du message: Pensées encore plus philosophiques Répondre en citant

« Fais le vide dans ta tête. Ne penses à rien. Juste le calme… »

Swann était assise en tailleur sur le sol. Le calme dans son crâne était relatif ; elle s’efforçait de baisser le volume des ses pensées contradictoires. Et cela ne faisaient que les exaspérer davantage.

Alors comme ça tu vas oublier ? Comme lui ?

La jeune femme ferma les yeux plus fort, luttant pour arrêter de penser, encore à ça.

Ta gueule, je dois me concentrer.

Une tape sur la tête.

« Aïe ! »

Elle rouvrit les yeux et les leva sur l’homme debout à côté d’elle ; un homme d’âge mûr, fin et élancé, à la longue chevelure ambrée relevée en queue de cheval. Il la fixait d’un œil plein de reproches. Il croisa les bras, la toisant.

« Je savais que la concentration était ton plus gros défaut, mais là, tu m’exaspère. T’es pas capable de faire le silence dans ton crâne plus de trente secondes. Y a qu’à voir ta tête.
- Désolée, Fahrad.
- Oh, mais tu fais bien d‘être désolée. On va changer d’approche. Tu sais, quand on est pas concentré, notre corps bouge, imperceptiblement. Alors je vais t’obliger à ne plus bouger d‘un pouce. »

En parlant, il s’était dirigé vers une armoire au fond de la salle, et en avait sorti une bougie cylindrique assez grande, qu’il alluma avec son propre briquet.
Swann ouvrit de grands yeux.

« Oh, vous comptez quand même pas… »

Fahrad haussa un sourcil.

« Et bien quoi ? Tu crois tout de même pas que j’ai une patience éternelle ? Ecoute. Tu vas arriver à te concentrer, ou alors de une, t’aura mal, et de deux, tu sera privée de repas. »

Il dit ça d’un naturel et d’une jovialité qui acheva de désarçonner la jeune fille. Fahrad posa la bougie allumée sur le dessus de son crâne. Elle tenait, un peu vacillant. Le moindre imperceptible mouvement la ferait tomber…

« Quand tu arrives à faire le calme dans ta tête, tes muscles se relâchent. Tu peux garder ton sang froid, et poursuivre ta mission ou ton combat un peu plus sereinement. Donc, ce sont des minutes de gardées pour ta précieuse peau. Ne néglige pas cet exercice. Au boulot, maintenant. »

Swann inspira longuement, ferma les yeux. Oublier le monde extérieur, jusqu’à n’entendre plus que les battements de son propre cœur, sa respiration. Son corps comme un tout. La respiration qui se stabilise, puis suivent les battements de cœur, pour finalement distinguer les pulsations du sang dans ses tempes. Elle se sentait bien. Le calme… Il était là, juste à portée de main… Swann y était presque. Une agréable sensation de bien être l’envahie.

… Tu vas l’oublier ?

Swann coupa la mèche de cheveux carbonisée qui tombait devant ses yeux. Encore un échec critique. Elle avait été si proche du but…
Maintenant, elle sentait le cramé, et elle était condamnée à jeûner jusqu’à demain soir. Son estomac la rappelait déjà à l’ordre.

J’ai la dalle…

Le vent frais des montagnes lui fouetta le visage. Les premiers jours loin de Hurlevent lui avaient semblé être un délice. Enfin, elle pouvait penser à autre chose. Du moins, c’Est-ce qu’elle avait cru. Swann avait multiplié les échecs et les fautes, à tous les exercices de concentration que Fahrad lui avait fait faire. Elle lui avait tout raconté à son arrivée au manoir, et tout ce qu’il avait trouvé à faire, c’était éclater de rire et lui dire de passer à autre chose avant qu’il ne lui botte le cul. Elle se retrouvait donc avec un nouveau tuteur, et non des moindre.

J’ai faim !

Impossible pour elle de s’entraîner à la concentration avec un estomac dans les talons. Elle devrait donc se trouver une occupation jusqu’à son prochain repas.
Assise contre le mur du manoir, toute seule, elle avait l’air d’une âme en peine.

T’as plutôt l’air con.

Elle leva les yeux au ciel, réfléchissant, encore.

Plus rien à penser. Tout est dit. Je dois passer à autre chose.
- Alors pourquoi t’y arrives pas ?
- Je sais pas, moi ! C’est peut être trop tôt ! Ou peut être que…
- Ou peut être, ou peut être… Y en a marre des peut être ! Sois sûre de toi, pour une fois !


Un bout de pain.

Quewa ?

Un bout de pain blanc, juste sous son nez.

« Privée de dîner ? »

Une voix profonde, grave, posée. Rassurante. Swann leva les yeux, pour tomber nez à nez avec une paire de grands yeux noirs comme l’ébène. Un homme, qui semblait légèrement plus vieux qu’elle, au teint de neige, lui tendait un bout de sa propre miche de pain. La jeune femme resta là, indécise, à le fixer. Il était accroupi pour être à sa hauteur, mais elle devina qu’il n’était pas imposant. Il devait même être de sa taille. Sa musculature était finement développée sous une chemise de lin ample, comme celle d’un félin. Son cou était fin et gracieux, et sa belle tête trônait sur ses épaules carrées. Son visage était harmonieux, chacun de ses traits contribuant à faire un tout séduisant. Ses cheveux sombres tombaient sur son front haut, ses pommettes hautes mettaient en valeur ses traits anguleux et sa mâchoire carrée. Ses lèvres étaient exquises.
Swann était sous le charme.

Bon alors, tu le prends son bout de pain ou tu restes là comme une glandue ?

La jeune femme secoua la tête et pris le bout de pain gracieusement offert, tout en lorgnant sur ses mains. On apprenait beaucoup des hommes en regardant leurs mains. Ses doigts étaient fins et agiles, mais sur ses phalanges s’étalaient des marques de coups. Un combattant à mains nues.

« Merci… bredouilla-t-elle en grignotant le quignon de pain.
- De rien. Je connais ça. »

Il s’assit à quelques mètres d’elle, et ne dit plus rien, parfaitement calme.

Bah lui, il doit pas avoir de problème de concentration…

Elle fit comme lui, du moins… Essaya. L’envie de le regarder était parfois trop forte, mais la jeune femme se botta le train intérieurement pour ne pas passer pour une fille facile qui rougissait à chaque sourire. Lui, ne lui accordait pas un regard. Il restait là, d’une sérénité aérienne.
Swann se dit soudain qu’elle aurait un long, très long chemin à parcourir pour satisfaire Fahrad. Et elle se dit aussi qu’elle serait chauve avant d’avoir réussi l’exercice.
_________________
"J'en ai rien à foutre de ce que les gens pensent. Si tu commences à faire gaffe à l'opinion des autres, tu te fais bouffer. " -Sloane


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Juil - 15:33 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Premier Cercle Index du Forum -> Ville Basse -> Taverne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.